Rechercher
  • Amandine Ruas

Dépasser son sentiment de culpabilité

Un certain nombre de mes clients me disent, lors de nos séances, qu'il leur arrive très souvent d'être envahis par un pénible sentiment de culpabilité. Mais de quoi se sentent-ils coupables, quand on sait que la définition de la culpabilité est le sentiment d'avoir commis une faute ?!


Ils me disent souvent se sentir coupable de...

  • ne pas être heureux alors qu'ils ont tout pour l'être, "sur le papier"

  • d'avoir raté cet entretien dont ils rêvaient

  • ne pas travailler assez selon les critères de leur entreprise

  • de ne pas être assez entreprenant ou leader

  • d'avoir trop mangé ou trop bu

  • refuser de venir à une soirée à laquelle ils sont conviés parce qu'ils sont fatigués.

Et j'en passe.


La faute n'a pas l'air si terrible, après tout, mais pour ces clients qui m'en parlent, la culpabilité est dure à vivre. Elle est autopunitive & entraîne chez eux rumination, faible estime de soi, anxiété, sentiment d'être jugé, et cela peut aller jusqu'à la déprime.


Me rendant donc compte de la fréquence et de l'impact de ce sentiment chez un certain nombre d'entre vous, j'ai donc décidé dans cet article de vous donner des clés pour dépasser la culpabilité "morbide".

Différence entre culpabilité utile et culpabilité morbide


Je tiens tout d'abord à rappeler le rôle de la culpabilité dans nos vies. Car la culpabilité n'est pas toujours néfaste.


  • Socialement, la culpabilité a même une fonction pour nous protéger et protéger la cohésion du groupe :

Elle nous retient de blesser (verbalement ou physiquement) les autres, de violer les normes sociales, et nous invite à réparer nos torts lorsque nous en sommes responsables.


Par exemple, lorsque vous vous excusez auprès de votre conjoint.e auprès de qui vous vous êtes emporté de façon injustifiée parce que vous aviez passé une sale journée au bureau, c'est le sentiment de culpabilité qui vous aide à faire se pas empathique vers lui.


  • En revanche, la culpabilité dite "morbide" est auto-destructrice :

On parle de culpabilité morbide lorsqu'on se rend soi-même coupable d'une faute imaginaire, une faute qui ne l'est que dans notre esprit et non dans celui des autres, dont la règle n'est rien d'autre qu'une croyance qu'on a assimilée.


Par exemple, vous entretenez une culpabilité morbide lorsque vous faites une erreur dans un de vos messages et vous vous dites : "Je suis nul, je manque de rigueur, j'aurais du relire mon mail", car inconsciemment, vous savez que vous n'avez pas respecter votre"règle interne" qui dit "je dois être un salarié parfait".


Dépasser la culpabilité morbide


Voici les étapes que je vous propose pour travailler sur la culpabilité.

NB : Ces clés sont à la fois issues :

  • de mon expérience de coaching & thérapie avec mes clients sur ce sujet

  • de ma formation en Communication Non Violente animée par Thomas d'Ansembourg, qui parle de ce sujet

  • de mes lectures, et entre autres, je vous recommande "Au Diable la culpabilité", de Yves-Alexandre Thalmann

Etape 1:

Prendre conscience quand un sentiment de culpabilité nous traverse


On peut parfois ruminer toute la journée en s'en voulant, sans mettre le mot sur l'émotion qui s'est installée en nous. Il est important de réussir à comprendre "oh tiens, ce sentiment désagréable que je rumine, c'est de la culpabilité. Maintenant que je le sais, je vais pouvoir travailler dessus"


Etape 2:

Identifier s'il s'agit d'une culpabilité utile ou morbide.


Ce sentiment de culpabilité va-t-il vous aider à arranger la situation, ou bien ne sert-il à rien d'autre qu'à vous auto-flageller ?


Etape 3:

Identifier la règle que vous auriez souhaitez respectée, cachée derrière ce sentiment de culpabilité:

  • Est-ce une règle sociale ?

  • Ou est-ce une règle imaginaire ? (liée à une croyance du type "je devrais être parfait/ fort /toujours présent pour les autres / suivre le chemin de mes parents / ne pas me plaindre, etc")?

Etape 4 :

Demandez-vous quelle est la place que vous accordez à cette règle

  • Si la règle est imaginaire, demandez-vous si vous voulez continuer à vivre votre vie selon cette règle? Par exemple, est-ce que c'est acceptable pour vous, de vivre une vie en essayant toujours de "plaire aux autres" ou "d'être parfait"

  • Si la règle est réelle, demandez-vous ce qui relève de votre responsabilité, de celle des autres, et du hasard, dans le fait que cette règle n'ait pas été respectée?

Etape 5 :

Demandez-vous quel besoin vous cherchiez à satisfaire en essayant de suivre cette règle ? Et en ne la suivant pas ? Par exemple, vous culpabilisez de ne pas être allé à l'anniversaire de votre ami.e car vous avez eu une grosse semaine.

Le besoin que vous avez satisfait : prendre du temps pour vous, vous reposer, vous affirmer, dire des oui honnêtes (et donc entretenir des relations authentiques), respecter votre amie en ne vous forçant pas à la voir...

Le besoin que vous n'avez pas satisfait : faire plaisir à votre amie, entretenir vos amitiés, être aimé.e


Une fois que vous avez identifié vos besoins, demandez-vous quel est le besoin le plus important pour vous aujourd'hui ? Lequel voulez-vous faire vivre ?


Je sais que ce n'est pas évident, et cela demande de la pratique. Cependant, je vous garantie qu'avec de l'entrainement, et un accompagnement bienveillant, on peut se délester de la culpabilité morbide, qui épuise !


J'espère que vous ferez ainsi un premier chemin pour apaiser votre rapport à la culpabilité. Dans nos coachings, je vous aide à travailler sur ce sujet.


Si vous désirez être accompagné(e) sur ce sujet (ou un autre : confiance en soi, communication, syndrome de l'imposteur, projet professionnel) , vous pouvez vous renseigner sur mes accompagnements personnalisés et sur-mesure. Vous pouvez aussi me contacter contact@beyourbestself.fr


Si vous vous demandez si le coaching est adapté à votre situation, je vous propose d'en discuter lors d'une prise de contact "découverte" gratuite de 30 minutes.


Et pour bénéficier des coups de pouce réguliers de BeYourBestSelf, suivez les pages Facebook et Linkedin ou Instagram (@beyourbestself_coaching) ou le podcast.



73 vues0 commentaire